Plus que de l’art, qu’est-ce qui différencie le théâtre français des autres théâtres ?

Le public français est très ouvert aux nombreuses formes de théâtre allemand. Inversement, le théâtre français en Allemagne a souvent des difficultés. L’amour des Français pour le théâtre s’explique en partie par les décisions politiques prises il ya plus de 50 ans.

Elle est devenue une affaire européenne lorsque le contrat d’Olivier Py, directeur du théâtre Paris Odéon, a été inopinément non renouvelé en 2011. Le ministre d’État à la Culture, Frédéric Mitterand, a accusé le jeune homme âgé de 45 ans d’avoir qualifié son théâtre de « pas assez européen ». Après les protestations d’artistes de renom, dont Isabelle Huppert, Daniel Auteuil, Patrice Chéreau, Thomas Ostermeier et Jean-Pierre Vincent, Py a finalement pris la relève. Mais c’était certainement plus qu’un prix de consolation pour un artiste polyvalent, car même avant sa nomination dans la capitale française en 2007, Py se serait déjà rendu à Avignon. Pour les journalistes culturels en Allemagne, Py incarne un artiste formateur exceptionnel et amoureux de l’Europe et polyvalent. Il est dramaturge, acteur, directeur de théâtre, metteur en scène et metteur en scène d’opéra. Il a travaillé dans les métropoles européennes notamment Anvers, Bruxelles, Vienne, Cologne et Londres. À Berlin, cependant, sa pièce « The Sun » a essuyé de nombreux critiques allemandes qu’il a personnellement mises en scène à la Volksbühne sur Rosa-Luxemburg-Platz

Les échanges théâtraux entre la France et l’Allemagne sont compliqués

Le théâtre français traverse une période difficile en Allemagne. La situation est complètement différente : le public français est ouvert au théâtre allemand. Le directeur artistique du Berlin Schaubühne, Thomas Ostermeier, est invité depuis de nombreuses années au festival annuel d’Avignon avec ses productions. Le chef du théâtre germanophone Frank Castorf ou Christoph Marthaler travaillent régulièrement à Paris ou y viennent avec des spectacles. Des tendances similaires s’appliquent également au théâtre contemporain allemand et français : des auteurs tels que Falk Richter, Marius von Mayenburg, David Gieselmann ou Ewald Palmetshofer, dont les textes ont des aspirations sociales et politiques et surtout racontent des histoires.

Des auteurs français reconnus tels que Jean-Luc Lagarce, Valère Novarina ou Xavier Durringer ont été occasionnellement joués sur des scènes allemandes dans les années 90, mais à peine aujourd’hui. Et la génération future, composée de Christophe Pellet, de Marie N’diaye, de Fabrice Melquiot et de Rémi de Vos, qui sont des références importantes dans leur propre pays, parviennent rarement au théâtre allemand. Yasmina Reza et Eric-Emmanuel Schmitt, auteurs de comédies humoristiques aux dialogues polis, incisifs et rythmés, joués en France principalement dans des théâtres privés, font exception. Pour les théâtres de villes allemands, ils ont beaucoup plu aux spectateurs depuis que la comédie « Art » de Reza a été jouée pour la première fois devant un public germanophone au Schaubühne de Berlin en 1995.
De manière générale, les auteurs français contemporains traitent leurs textes de manière très différente de la réalité sociopolitique actuelle de leur pays et de leur identité culturelle. Ainsi, Rémi de Vos, qui a réussi à devenir l’un des dramaturges contemporains les plus récompensés de France, présente dans sa pièce « Occident » ses personnages pour montrer l’absurdité terrifiante du quotidien, du racisme, de l’alcool et du froid – non seulement entre les systèmes de théâtre et le théâtre. Il existe des différences entre les traditions littéraires en Allemagne et en France, et le processus artistique est également différent : le théâtre en France est renouvelé par le texte plutôt que par la mise en scène, explique Olivier Py. En Allemagne, le texte manque de respect, alors qu’en France, le respect de la littérature reste ininterrompu. Py ajoute : « Les acteurs allemands utilisent le corps dans leurs répétitions – lorsqu’un acteur français se tient devant le placard, il y suspend une veste. Un acteur allemand s’assied dans le placard. »

Un système de théâtre basé sur des compagnies de théâtre libres

En général, les nouvelles œuvres théâtrales parues en France arrivent rarement à plaire dans les pays européens voisins. En général, les pièces sont rarement rejouées. Pour aggraver les choses, les théâtres proposent les productions pendant quelques semaines et les pièces ont peu de chance d’attirer du public de temps aussi court. Un réseau subventionné de théâtres urbains, comme en Allemagne, n’existe pas en France. Grâce au répertoire allemand, les risques liés à la création de nouvelles œuvres inconnues peuvent être absorbés afin que les pièces aient de meilleures perspectives. C’est peut-être aussi l’une des raisons pour lesquelles de nombreux auteurs français mettent souvent en scène leurs propres pièces et fondent leur propre compagnie.

De plus, les troupes théâtrales gratuites en France sont subventionnées plutôt que les salles. En tout état de cause, il n’existe pas de séparation aussi stricte entre les domaines artistiques de l’écriture, de la mise en scène et du jeu en Allemagne. L’auteur et metteur en scène Joël Pommerat joue et dirige uniquement ses propres textes avec sa « Compagnie Louis Brouillard » fondée en 1990. Une conséquence qui a porté ses fruits. En 2011, il a reçu un « Molière » pour son œuvre « Ma chambre froide » « , Récompensé en tant que meilleure pièce.

À Paris, l’association « Association Opale », qui soutient les initiatives culturelles locales, a interrogé plus de 800 troupes de théâtre indépendantes et plus de 40 théâtres privés, à l’exception de la Comédie-Française, qui n’a ni les cinq théâtres nationaux ni les théâtres semi-subventionnés ou privés. Beaucoup de ces groupes libres sont très novateurs et poursuivent constamment leur vision artistique depuis des années. Les réalisateurs ne sont pas seulement des artistes, mais aussi des producteurs et des entrepreneurs qui supportent les risques économiques des productions. Ils doivent trouver un financement pour leurs projets et leurs théâtres. Ensuite, les productions sont généralement créées à Paris et projetées quelques semaines avant de partir en tournée à travers le pays.

Lorsque le célèbre acteur Richard Bohringer s’est cassé la jambe trois jours avant la première de « Richard III » et que la première et la tournée devaient être annulées, les conséquences du désastre financier qui en a résulté ont été importantes pour le réalisateur Hans Peter Cloos. Cloos vient d’Allemagne, vit et travaille à Paris depuis plus de 30 ans et voit les avantages de ce système, qui pour lui est avant tout artistique : « En Allemagne, vous devez travailler avec l’ensemble de théâtre national, tandis que la méthode de production française laisse plus de marge de manœuvre. Le réalisateur de renommée internationale Sylvain Creuzevault, qui avec sa troupe de théâtre « D’ores et déjà » a développé sa propre façon de jouer, basée sur l’improvisation et le théâtre impromptu, Heiner Müller « Le travail « mis en scène au Deutsches Schauspielhaus de Hambourg, il devait réaliser que son mode de travail spécifique n’était pas facilement transposable au système de théâtre allemand.

L’ancrage du théâtre au milieu de la société

En France, le théâtre a une signification politique et culturelle qu’il n’a pas nécessairement en Allemagne. La nomination d’un directeur artistique (ou son licenciement comme dans le cas d’Olivier Py) est une question politique en France et se déroule dans les hautes sphères de la politique. Le président décide des candidats possibles proposés par le ministre de la Culture.

Il y a plus de 50 ans, le romancier André Malraux s’est vu confier le mandat national de réformer les théâtres d’État. Le théâtre devrait donc être ancré au cœur de la société. À cette époque, les éditorialistes allemands se tournèrent vers la France avec envie : « Quel rang doivent occuper les Français dans une étape que nous ne possédons pas en tant qu’institutions ! », Écrivait l’hebdomadaire « Die Zeit » en 1959. Malraux entreprit la Comédie-Française, un lieu des classiques. Il a souligné l’importance nationale et le rang de la comédie en nommant un diplomate au poste de directeur général, ancien ambassadeur de France à Prague, et en charge le célèbre acteur du théâtre de l’Odéon et le réalisateur Jean-Louis Barrault. Cependant, il a ouvert le site en 1968 lors des émeutes de mai pour les étudiants qui le tenaient pendant plusieurs semaines. Barrault est tombé en disgrâce et n’a jamais été autorisé à reprendre la gestion d’un théâtre d’État.

L’intention de Malraux de donner un prestige national au théâtre a été durable et se reflète encore aujourd’hui dans l’enthousiasme théâtral de la société française. On a souvent l’impression que le public français connaît les textes dramatiques classiques au même titre que les italiens connaissent les classiques de l’opéra, selon l’éditeur et scénariste allemand Ute Nyssen, qui vit dans la capitale française. Les 40 théâtres privés parisiens trouvent leur public et il y a plus de 500 spectacles de théâtre par nuit en ville, a-t-elle déclaré. Dans quelle ville européenne cela serait-il possible ?